PlaniPSY, gestion réglementaire des soins sans consentement, est disponible en mode hébergé

PlaniPSY, gestion réglementaire des soins sans consentement, est disponible en mode hébergé.

Une réponse concrète aux DSI qui ont vu leur plan de charge bouleversé par la pandémie et qui peuvent ainsi satisfaire les besoins des utilisateurs sans surcharger leur feuille de route.

Avec le confinement et la montée en puissance du télétravail, force est de constater que la plupart des structures doivent s’adapter pour répondre à une nouvelle organisation du travail. Les établissements spécialisés en santé mentale ne dérogent pas à la règle.

Les Directions des Systèmes d’Information de santé (DSI) ont, elles aussi, réussi à faire évoluer leurs infrastructures pour permettre aux personnels de “télé-travailler” et garantir ainsi la continuité opérationnelle.

Le Groupe PSIH qui dispose d’une équipe dédiée à l’hébergement de données de Santé depuis plus de 10 ans a accompagné les établissements pour la mise en place de nouvelles solutions opérationnelles chaque fois que cela était possible.

“L’époque des déploiements longs et fastidieux sera bientôt derrière nous !”.
C’est aussi cela l’impact Covid ! Désormais les utilisateurs veulent la même souplesse et la même rapidité qu’ils apprécient dans leurs vies de tous les jours lorsqu’ils utilisent des “apps”.

“Nous anticipons une très forte montée en charge du dispositif” explique M. Julien Bianchi Directeur R&D du groupe qui a supervisé le renforcement des infrastructures d’hébergement pour répondre à la demande.

90% des “bureaux de la loi” pourront bientôt rationaliser et accélérer leurs opérations quotidiennes..

L’équipe est mobilisée pour démarrer chaque établissement en moins de 72 heures.

Linkedin

Cette actualité a été diffusée sur Linkedin le 16 novembre 2020

Voir sur Linkedin

PlaniPSY intégrera bientôt le registre des isolements et contentions

PlaniPSY, le logiciel dédié à la gestion réglementaire des soins sans consentement, intégrera bientôt le registre des isolements et contentions.

La contrainte réglementaire autour des soins sans consentement est très forte et justifiée, c’est la raison pour laquelle dès 2014, M. Cyrille Politi, alors directeur administratif et financier de l’établissement spécialisé de SEVREY avait sollicité le soutien du Groupe PSIH pour le développement d’un logiciel dédié : PlaniPSY.

La gestion réglementaire des SSC (comprendre : soins sans consentement) nécessite une architecture et des fonctionnalités spécifiques qui ne peuvent pas êtres de simples ajouts aux DPI (dossier patient informatisé), ou à la GAM (gestion administrative des malades).

D’ailleurs, plusieurs tentatives se sont révélées inadaptées tellement le besoin est en perpétuel évolution : il faut transformer et personnaliser le logiciel pour chaque établissement en fonction de son interprétation de la Loi, des accords avec le Juge et de l’organisation spécifique de chaque service de l’Hôpital.

“Un projet de cette envergure nécessite des ressources financières importantes plus de 750 000 euros, et du temps.Il nous aura fallu plus de 5 ans pour être parfaitement au point, et il faut encore investir pour la livraison de la signature électronique” indique le fondateur du Groupe Ludovic de Saint Jean lors de son interview.

Les conséquences en cas de mise en cause des directeurs d’établissements sont importantes.
SHAM d’ailleurs, à l’occasion d’une intervention dans un établissement avait bien mesuré la nécessité de la maîtrise du sujet : “Il faut contenir le risque lié à la responsabilité des Directeurs d’établissements qui peuvent encourir jusqu’à un an d’emprisonnement et 15.000€ d’amende”.

Linkedin

Cette actualité a été diffusée sur Linkedin le 09 novembre 2020

Voir sur Linkedin